La conception d’un skateboard

Si le skateboard s’est popularisé au fil des années, ses méthodes de fabrication restent encore méconnues.  Focus sur un objet qui a connu de grandes transformations depuis sa naissance !

Une planche et des roulettes, le b.a.-ba du skateboard

Les premières planches des années 1950 feraient frissonner les adeptes actuels du skateboard ! Peu d’entre eux se risqueraient à les utiliser pour faire de la rampe ou battre des records. La fabrication de ces skateboards primitifs est alors totalement artisanale : des roues de rollers en métal sont fixées à des essieux et ces derniers sont cloués ou vissés sur une planche de bois d’environ 5 cm d’épaisseur et 10 cm de largeur.

Le Roller Derby, premier skateboard produit à grande échelle ?

Les historiens de la discipline ont du mal à s’accorder sur le sujet. Néanmoins, la plupart d’entre eux estiment que c’est la Roller Derby Skate Corporation qui a produit en masse le premier skateboard commercial. Affiné par rapport aux planches artisanales, ce skateboard est aussi le premier modèle sur lequel on distingue le nose (plus arrondi) et le tail.

Avec la commercialisation qui débute dans les années 1960, les procédés de fabrication vont sensiblement évoluer : si les premiers modèles disposent encore de roues en métal, les progrès apparaissent avec l’arrivée des roues en argile. Cette technologie qui peut paraître archaïque à l’heure actuelle apporte tout de même de nouvelles sensations aux skateurs de l’époque, qui peuvent rouler plus vite sur des pentes plus raides.

De réelles innovations à partir des années 1970 : la conception contemporaine du skateboard

La méthode de fabrication d’un skateboard telle qu’on la connaît aujourd’hui date du début des années 1970. C’est à Santa Cruz, en Californie, qu’apparaissent les roues en uréthane, pourvues de roulements à billes et fixées sur des planches composées de 5 ou 7 plaques d’érable. La construction en bois pressé va dès lors prendre le pas sur tous les autres procédés.

made-in-europe

 

 

 

Image HLC distribution (Espagne)

L’érable canadien

L’érable, et plus précisément l’espèce Acer Saccharum (Sugar Mapple en anglais), s’est imposé dans la fabrication du skateboard grâce à des caractéristiques bien particulières : il s’agit d’un bois à la fois dur, dense et léger, qui ne comporte ni nœud ni imperfection. Le fait qu’il pousse au Canada (ou dans les forêts du nord des États-Unis, qui ont sensiblement le même climat) est un gage de qualité. Les températures froides garantissent à l’érable une croissance régulière et lente, à l’abri des brusques changements de conditions climatiques. On obtient ainsi un bois de qualité optimale, parfait pour la conception d’un skateboard.

7 plis en moyenne

Une planche de skateboard est composée en moyenne de 7 plaques (ou plis) d’érable coupées très finement : environ 1,5 mm d’épaisseur. On trouve assez peu de planches conçues avec moins de 7 plis, car elles manquent alors de solidité. En revanche, les longboards, par nature plus longs que les skateboards, comportent souvent 9 plis.

Les plaques d’érable doivent être choisies avec soin et ne présenter aucun défaut afin de garantir la solidité du skateboard. Les plus beaux plis sont utilisés pour les deux faces visibles de la planche. Généralement, la planche est conçue avec 5 plis découpés dans le sens de la longueur du bois et 2 dans le sens de la largeur. Cette conception assure une plus grande solidité au skateboard : le bois ne risque pas de vriller.

La fabrication de la planche comporte dès lors plusieurs étapes : les plaques sont collées les unes aux autres, moulées puis découpées selon la forme que l’on souhaite donner à la planche. Des trous sont ensuite percés afin d’accueillir les trucks, puis la planche est poncée sur son épaisseur et finalement décorée.

D’autres méthodes ?

Si le procédé de fabrication décrit ici correspond à la majorité des skateboards, d’autres méthodes peuvent être utilisées, notamment pour les longboards ou les cruisers.

Les longboards, principalement utilisés pour faire de la vitesse en descente, peuvent ainsi être conçus avec les essences de bois suivantes :

  • Le bouleau, pour une planche plus flexible
  • Le bambou, particulièrement recherché pour son élasticité
  • L’acajou, solide et prisé pour son esthétique

Les cruisers, plus petits et fins que les skateboards, sont utilisés pour les balades en ville. Outre le bouleau et l’acajou, ce type de planche peut aussi être conçu avec du plastique. Ce matériau, qui garantit une grande souplesse aux planches, permet aux fabricants de donner libre cours à leur imagination au niveau des formes. Si le plastique a tendance à disparaître de la composition des cruisers quand on monte en gamme, on trouve en revanche des planches composites : conçues avec des plis de bois, elles font aussi intervenir d’autres matériaux comme le carbone, la fibre de verre ou le kevlar.

Et les roues ?

La fabrication d’une roue de skate commence par la conception d’un moule. Ce moule est rempli de polyuréthane liquide, qui va peu à peu se solidifier. Pour accomplir rapidement ce processus, le moule est placé dans un four à 115 degrés pendant 40 minutes. Une fois cette solidification accomplie, la roue est éjectée du moule à l’aide d’air comprimé.

L’étape suivante consiste à tester la dureté de la roue à l’aide d’un duromètre. Si ce test s’avère concluant, la roue est placée sur un tour, afin d’en adoucir les bords. On obtient alors une roue au profil plus arrondi, qu’il va être possible de décorer. Pour ce faire, on applique une image encrée sur la roue grâce à un tampon en silicone.

Entre les premières planches rudimentaires et les skateboards actuels, les procédés de fabrication ont bien changé. Le développement de la discipline a en effet encouragé les fabricants à apporter de plus en plus de soin à la conception des skateboards, afin de répondre à des usages diversifiés et une demande croissante.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :